Interview : Michel JOYEUX

Michel Joyeux est l’un des encadrant de Lyon Roller. Place à son interview
Peut tu te présenter en quelques mots ?
Michel JOYEUX J’ai 53 ans et pratique depuis 1992 la randonnée et la course
Je suis diplômé d’un BEES 1°degré course depuis 2003 et suis entraîneur chez Lyon Roller depuis maintenant 10 ans ! (2006)
Michel Joyeux
Quels cours encadres tu pour Lyon Roller et qu’en retires tu ? 
Je gère différents cours à travers notamment :
– entraînements course jeunes débutants
– entraînements course jeunes confirmés
– cours adultes initiation à Décathlon
– cours adultes randonnée
Je tire une certaine satisfaction à transmettre mes compétences à un public divers et varié ( adultes & enfants).

 

As-tu le temps de pratiquer le roller en dehors de tes cours et sous quelle forme ? 

Oui j’y arrive mais c’est de plus en difficile avec mon planning.

Le roller : sport ou loisir ?

Le roller peut être assimilé à un mode de déplacement pour certains et pour d’autres à un moyen de se mesurer sportivement ( voir les 7 disciplines)…donc l’activité peut rentrer aussi bien dans un cadre loisir que sportif selon les attentes personnelles des pratiquants.

Quelle discipline du roller te tenterais ?

(Sourire)…A mon âge aucune…à vrai dire après une carrière sportive suffisamment intense, une discipline du corps s’impose et je prends bien soin (afin de garder mes facultés physiques) de travailler mes segments articulaires et musculaires d’une manière réfléchie dans d’autres pratiques que le roller.

Michel 2

Quelle est ta vision du roller ? Quelles évolutions as tu pu voir depuis tes débuts ? 

A mes mes yeux, le roller reste une disciple et un sport encore trop marginalisé…au milieu des années 90 il y a en une grande envolée au niveau de la pratique, beaucoup parlait de phénomène de mode…mais durant 10 ans (jusqu’en 2005) le nombre de pratiquants n’a fait qu’augmenter…avant d’atteindre une certaine stagnation.
En réalité le nombre de pratiquants a diminué. Beaucoup de gens possèdent une paire de roller mais combien parmi eux pratique réellement? Pas beaucoup malheureusement…En ce qui concerne les jeunes, beaucoup aiment la discipline mais arrivé à l’adolescence beaucoup se tournent vers des disciplines plus « fun » (selon eux) comme le Skate, BMX, Trottinettes.
En conclusion : les gens aiment le roller mais d’une manière éphémère, très peu (et trop peu) pratiquent sans assiduité…beaucoup se découragent à cause de chutes, il est vrai que la disciple demande quelques facultés (motricité et équilibre pour ne citer qu’eux) et la personne novice bien que motivée (mais pas assez) n’a pas forcement la patience de développer ces facultés.
Médiatiquement malgré les efforts faits au niveau des ligues et des comités, la discipline ne jouit toujours pas d’une reconnaissance à sa juste valeur et une grande question nous obsède : La représentation du roller au JO, c’est pour quand ?
roller_olympics_firs-300x292

Quels seraient tes souhaits dans l’avenir dans le cadre du développement de Lyon Roller ? 

Poursuivre la ligne tracée par l’excellent travail effectué par toutes les personnes qui s’investissent pour le bon fonctionnement du club. Ce sont tous des passionnés comme moi du patin a roulettes. Continuons ainsi et persévérons .

Un mot de la fin pour ceux qui te lisent ?

Pour ceux qui auront eu la patience de lire cette interview jusqu’au bout : Merci.